République Populaire de l'Aube

D'ArdKorPedia
Aller à : navigation, rechercher

RPA
RepubliquedelAube.png
(Détails)

Devise nationale : Chouflorine nec Mergitur.

BlasonChouFleur.png
Le Blason de la Rep. Pop. de l'Aube
Chou-fleur d'Or sur fond de Gueules
Gentilé Aubois (masc.)
Clarinette (fem.)
Langue officielle Aubinet
Capitale Troyes
Président Directeur Général Tzar Alexandre Troyes
Superficie 6 004 km²
Population

 - Totale
 - Densité de pop.


303 298 hab. (1964)
1964 hab./m² (1964)
Indépendance 1964
Monnaie Le Dollar Chouflorin
ou Chouflodollar
Fuseau horaire Temps cosmique désordonné -3 à +3,1416
Hymne national Nous n'irons plus, aubois! (1964)
Une Aube Nouvelle
(après 1964)
Code ISO1664-1 AUBE
Domaine Internet .aub

Plus communément Rep. Pop. de l'Aube.
Enclave rouge au milieu de la République Démocratique de France, dont elle a fait sécession en 1964. Elle est dirigée par le Tzar Alexandre Troyes, Président-Directeur Général à vie depuis 1964.
Membre de la Fédération des Pays Producteurs de Chou-Fleur depuis 1964.

Habitants: les Aubois (masc.), les Clarinettes (fem.)


Politique

Vitalité de la vie politique auboise

Tous les habitants doivent volontairement acheter une carte du Parti Broccoliste de la Fédération des Pays Producteurs de Chou-Fleur à leur naissance. La vitalité du débat politique y est garantie par l'interdiction de toute forme de dissidence, qui garantit un espace sain à la discussion, les protagonistes étant certains de parler strictement de la même chose.
Toutes les années 1964, le Tzar Alexandre Troyes est élu Président Directeur Général à vie par le Grand Électeur à vie le Tzar Alexandre Troyes, assurant ainsi une alternance régulière.

Division administrative

La Rep. Pop. de l'Aube est divisée en agglomérats Sion, dont les administrations sont concentrées dans les Chefs-lieux de Santon de Provence. Les principales administrations sont néanmoins concentrées dans la capitale Troyes[1], notamment les principaux ministères:

  • Le Ministère du Fan-club du Tzar Alexandre Troyes;
  • Le Ministère de l’Éradication des Pauvres;
  • Le Ministère du Bonheur Obligatoire;
  • Le Ministère du Chou-Fleur;
  • Le Ministère des Bulles;
  • Le Sous-Secrétariat d’État au Sous-produit Vinicole;
  • Le Secrétariat Général à la Question Zouloue, changé en ministère en 1964 par le Président Directeur Général à vie le Tzar Alexandre Troyes et renommé Ministère de l'Immigration Qu'on Veut, de l’Éducation et de la Lidentité Nationale, qui chapeaute, sur le modèle du voisin français, l'ensemble des autres ministères depuis 1964.


Histoire

LAubeRouge.jpg
ci-dessus: fameux flim, avec Patrick Swayse, retraçant la
grande aventure de l'indépendance de la Rep. Pop. de l'Aube

Indépendance et Fondation

Suite à une intoxication massive à la chouflorine de l'ensemble de la région[2], les habitants de la future Rep. Pop. de l'Aube en viennent à penser, sous les effets hallucinogènes du produit, qu'il serait bon de suivre les pas de la Corse et de marcher gaillardement vers l'indépendance vis-à-vis de la République Démocratique de France.
Quelques rares mutants aubois et clarinettes, immunisés aux effets de la chouflorine, tentent bien de ramener ce petit monde à la raison, mais le roi français Charles VIII Ah Le Con, alors atteint d'intelligentite passagère, tient à se débarrasser de cette région ridicule. Il leur livre donc une guerre sans merci à la dame ni mouchage de nez, et finit par écraser l'armée mutante comme une bouse à la bataille de Bovine, arrachant ainsi une brillante défaite au nez et à la barbe de l'armée mutante auboise.

La Paix de Chouflorville est signée le bigoudi 42 du mois de Termitor 1964, et l'indépendance de la Rep. Pop. de l'Aube dans la foulée et la liesse générale des deux côtés de la frontière toute neuve.
Un nouveau pays entre dans Listoire.

Guerre de 3

Guerre déclenchée suite au carottage du Label LN par la fourberie de Pâris Hilton, les 3 morts de cette guerre laisseront le pays exsangue.

voir article détaillé: Guerre de 3


Géographie

Terre rouge, à l'instar de Mars et bien plus qu'un Bounty (même en révolte), la Rep. Pop. de l'Aube est bien évidemment un pays désolé au sol aride, oublié de Dieu et des hommes.
Il n'y a donc que peu de choses à dire sur le sujet de la géographie en Rep. Pop. de l'Aube, sinon que, le décor incitant volontiers à la neurasthénie, le premier loisir aubois - s'y faire chier[3] - est particulièrement adapté à la topologie locale.


Économie

A l'origine d'un essor économique sans précédent

La Rép. Pop. de l'Aube doit son incroyable richesse à la découverte de Dominique Pérignonéronpetipatapon, agriculteur têtu qui s'obstinait à vouloir tirer du vin du sol ingrat de Champagne. Il s'avisa, un froid jeudi de 1964, qu'en injectant de la chouflorine gazeuse[4] dans sa piquette il obtenait une boisson - toujours immonde certes, mais - à bulles. Il décida de faire passer cette fortuite circonstance comme une preuve manifeste du caractère festif de sa gnôle. Le snobisme des riches, allié à la bêtise des pauvres qui associa immédiatement bulles et pouvoir, firent le reste, et il n'est pas une fête un tant soit peu dispendieuse (ce qui, de l'avis général, est ici synonyme de réussie) qui ne voit le Champagne couler à flots, malgré les risques d'empoisonnement et la pauvreté de goût du liquide.

Une diversification maîtrisée

Cet événement marque en outre le début de la séculaire tradition de la production d'instruments de torture - notamment l'exportation massive de touristes et de voisins.
Cette diversification a assuré à la Rép. Pop. de l'Aube de conserver une économie solide même en période de crise, où le moral en berne des ménages, loin d'inciter à la fête, incite plus au meurtre de masse ou au bricolage dans sa cave.

Une baltringue commerciale positive

Comme on le voit, la Rép. Pop. de l'Aube jouit d'une économie aux bases solides, puisque fondée sur la folie des hommes. Pratiquement autosuffisante, et en tout cas franchement suffisante, la Rép. Pop. de l'Aube voit sa balance commerciale, dans le coin gauche, accuser 78 kg à la pesée.


Politique extérieure

Fidèle à sa vieille tradition d'exportatrice de nuisances, la Rep. Pop. de l'Aube fait régulièrement la une de l'actualité pour avoir ouvert des camps d'entraînement militaires de pandas[5]. Le président Barack o'Booba a récemment fait part de son inquiétude face à cette menace rouge croissante qui pèse sur le Nordistan, mais le Tzar Alexandre Troyes aurait répondu dans son célèbre discours à l'ONU que "Rien à branler."[6]

Panda-armeeducrime.jpg
Affiche de propagande rouge de Rép. Pop. de l'Aube (détail).


Notes

  1. Anciennement Chouflorville, renommé Troyes par le second Président Directeur Général à vie, le Tzar Alexandre Troyes, en hommage au premier Président Directeur Général à vie, le Tzar Alexandre Troyes.
  2. Probablement due à une fissure dans un conteneur à Chouflorine, elle-même due à l'explosion de métaphysique liquide à l'origine du Grand Embouteillage de 1964 sur la Périphérie, elle-même due aux qualités d'automobiliste de Guy-Ernest Deleuze, elles-mêmes dues aux heures passées à se torcher consciencieusement la gueule avec son pote Michel Fauxcul, qui pourraient facilement être dues au traumatisme dû au réveil du Biopouvoir du Crâne Ancestral, quoique cet événement soit postérieur à l'explosion de métaphysique liquide à l'origine du Grand Embouteillage de 1964 sur la Périphérie, ce qui tendrait à prouver que, comme l'avait pressenti Einstein, le temps est courbe comme une banane, à l'instar de l'espace.
  3. Le club de l'ESTAK (Esperance Sportive Troyes Aube Kamoulox) a entrainé certains des plus grands champions d'ennui de ces dernières années.
  4. C'est probablement des containers de Dominique Pérignonéronpetipatapon qu'est partie la contamination à l'origine de l'indépendance du pays.
  5. Les rumeurs sur les milices de dauphins n'ont en revanche toujours pas été confirmées, malgré l'envoi d'une commission d'enquête internationale.
  6. Tzar Alexandre Troyes, Adresse à l'ONU, verset 17.