Parlementarisme

D'ArdKorPedia
Aller à : navigation, rechercher

Prépuscule des idoles, déferlante d'alluvions salaces, le parlementarisme est une paraphilie reconnue par l'OTAN comme étant nécessaire à la bonne continuation de la socialité tendre et travailleuse. Pratiqué par des têtes de nœud, il a pris depuis 1964 le rôle du concours Lêpines.


gravure.jpg
Le parlementarisme est, à l'instar de la partouze, une activité de groupe.


Étymologie

Du berrichon parle, "cause toujours", menteur, "homme politique", et isthme, "territoire très étroit", la marge de manœuvre n'étant pas toujours large entre les caméras de télévision.


Comment ça marche ?

Le parlementarisme consiste en l'expression d'élus du peuple, appelé parlementaires. Ils donnent leur opinion sur tout et surtout sur n'importe quoi, en vue de diffuser de nouvelles pratiques dans le peuple si l'expérience en a démontré la viabilité ou à l'interdire au contraire si elle s'est avérée insatisfaisante[1].

Généralement choisis parce qu'il ne peuvent prétendre à rien d'autre, les parlementaires font figure d'habiles labiles à bile. Pour s'assurer de leur conformité avec la Norme ISO1664, les parlementaires sont soumis à des analyses d'urnes régulières.


Les parlementaires à l’œuvre

Deputes-turks-bargarrent-au-parlement.jpg
Le fist-blowing fait partie des pratiques boudées par le parlementarisme[2],
mais chaque année des milliers de pétitionnaires en redemandent l'examen.


parlement-extremecrowdsurfing.jpg
Le crowd surfing fait partie des quelques pratiques qui ont bâtit la solide réputation du
parlementarisme. Ici ses balbutiements officiels en 1964.


Le saviez-tu ?

  • Le parlementarisme est ta propre question prenant figure.
  • Les parlementaires sont soumis par la règle de la parité.
  • Parlementarisme est, lorsqu'il est prononcé à voix haute, toujours transparent.
  • La transparence du parlement européen est d'en cacher toujours un autre.


Notes

  1. Ou, plus certainement, l'inverse.
  2. Bien que cette pratique ait connu un Âge d'Or sous la IIIème Raie Publique, où l'on aimait, entre parlementaires, se fist-blower dans la bonne humeur, avant de se lancer dans de joyeuses parties collectives de face-kneading, pour finalement se finir en after dans un champ de duel à 10 pas.