Seine-Saint-Denis

D'ArdKorPedia
Aller à : navigation, rechercher

Bloc d'habitations à loyers modérés du 93ème arrondissement de Paris.
Entièrement repeuplé par des travailleurs immigrés lors des Grandes Transhumances de 2028.
La principale force politique à dominer la Seine-Saint-Denis est le balbynisme dont le cœur se situe à Bobigny.


Haut lieu d'expérimentation - c'est dans cette superbe région de la France de Paris qu'est né le bugcore.
C'est aussi en Seine-Saint-Denis que sévit le talibass et JeRe - tous deux très attachés à cette région pleine de surprises.


Des militants balbyniens parviennent à convaincre des mouches d'assister à un meeting !

000-seventies-18.jpg

Deux jeunes militants de l'Internationale Ouvrière Balbynienne - ci contre face à une baraque de la rue d'Odessa à Bobigny - sont parvenus à convaincre des mouches de participer à un meeting pour y être dévorées.

Jean-Charles Fiala et Stéphane Brauner, tous deux originaires du 93 ont adopté une méthode originale pour parvenir à leurs fins. C'est nus et entièrement enduits de merde qu'ils se sont présentés face au siège du MEDEF, Avenue Bosquet à Paris, lieu réputé pour, étrangement, abriter un très grand nombre de diptères. Il leur a fallu très peu de temps pour arriver à leurs fins, et c'est presque soulevés par la masse vrombissante d'un noir bleuté agglutinée à leurs corps qu'ils ont du traverser la capitale pour rejoindre la salle de la mutualité, bondée, qui a salué leur arrivée par une salve d'applaudissements avant qu'un combo hawaien, dirigé de manière surréaliste par un sosie bulgare et roux du guitariste Eddie Condon, ne se mette à jouer Fly Me to the Moon, repris en chœur par une assemblée littéralement tétanisée.
Plusieurs milliers de mouches repues ont alors assisté au meeting du Front de Libération Balbynien avant de périr à la fin de la manifestation, dévorées par des centaines de fedayines insectivores dont le leader historique du mouvement, Pierre Fiala, qui devait porter un toast en l'honneur de son jeune frère, une topette de lait de mite à la main. Les militants se sont séparés en musique en s'échangeant des barquettes de cancrelats à la milanaise, fascinés par la possibilité inouïe de pouvoir paner de si petits animaux, se promettant de programmer le plus souvent possible de telles manifestations qui honorent le mouvement ouvrier et font connaître à tous les traditions formidables du 93.