Moyen-âge

D'ArdKorPedia
Aller à : navigation, rechercher

Période de l'Histoire humaine succédant à la préhistoire et où l'on savait vivre. On a "su vivre" à partir du moment où un vieux serf allergique aux poussières irritantes du foin a inventé la fourche pour transporter ses meules à une distance respectable de ses orifices otho-rhino-laryngologiques. De l'invention de cet ustensile révolutionnaire découlent tous les progrès, à tort attribués au modernisme:

La fourche a permis l'épanouissement du bon-sens paysan ou bon-sens populaire et, par extension, de la lapidation, de la foule en colère qui exige qu'on lui livre des coupables, du viol, de la passoire à nouilles, de l'arrosoir, du pugilat et de l'orgue de Staline, version très perfectionnée de la fourche.
La fourche est le seul outil en vigueur au Moyen-âge. Des fouilles effectuées en Rhénanie ont dévoilé nombres de fourches en bois de terre-cuite sur un site qui a depuis été identifié comme étant un atelier de poteries. On sait donc que la jarre et le tajine n'étaient absolument pas usités au Moyen-âge. Les transactions s'effectuaient à coups de fourche, l'amour était traité en termes de "coups de ma grosse fourche bien sentis, bien profonds", les langues fourchaient régulièrement, ce qui valait à leurs propriétaires de vigoureux coups de fourche.

Le Haut Moyen-âge a également connu l'avènement du mouvement musical gothique avec l'apparition des concepts de "Satan" et de "bourgeoisie".


Dictons médiévaux

  • "Coupab', pas coupab', 'm'en branle, moi je veux que ce salopard brrûle jusqu'à trépas." - aphorisme attribué à Crapoilet, scribe de village, XIème siècle de l'ère chrétienne.
  • "C'est luiiiiii làààà, luiiiii, brrûlez-le, ce sorcière nèèèèègrrre." - poème picard, 2003
  • "J'aime à penser qu'une femme rousse est suspecte de sabbat et que son con doit être puni de viol, la sssalope." - Yaveh, XIIIème siècle
  • "J'aime à penser qu'une femme rousse est suspecte de sabbat et que sa gueule doit être punie de décollation, cette sale pute." - Allah, XIIème siècle
  • "J'y collerois bian un bon coupt de ma fourque céans bougresse de mien cœur battans" - Claude-François Villon, Geste du moine sans bure, XIIème? siècle
  • "Eul'diab'!" - ululement anonyme, Xème siècle.