Discussion:Métaphysique Liquide

D'ArdKorPedia
Aller à : navigation, rechercher

Le "peut en cacher un autre" avec un mot féminin, présent sur un nombre certain de pages, est volontaire. On ne peut pas (nécessairement) en déduire une faute. Bien à vous, --Le Violet (discussion) 31 août 2014 à 14:28 (CEST)

Oui, je suis d'accord avec vous, l'argument quantitatif, en démocratie, est une inaliénable règle (d'autant plus que les causes des choix démocratiques sont et deviennenent de plus en plus nobles et abouties)  : on trouve partout sur internet des gens qui s'exprime en langage SMS de manière volontaire, et je pense qu'il faudrait que l'Académie Française elle-même se mette à jour. Je vous laisse libre de décorriger. --Toinou (discussion) 31 août 2014 à 16:50 (CEST)

Allons bon, vous vous méprenez. L'argument n'était pas une justification de l'orthographe "un autre" par la répétition de l'erreur supposée, mais par le caractère volontaire de ladite orthographe. Ainsi, l'orthographe "le saviez-tu" est-elle canonique en ces pages, pour la même raison. Quant à l'Académie fRançaise, je ne sais que vous dire, sinon que je me fous de l'avis de crétins qui s'habillent en tenue de Zorro pour décréter que nénufar s'écrira nénuphar, comme le premier terme d'ascendance grecque venu, ou qu'il faille écrire mel pour e-mail. --Le Violet (discussion) 31 août 2014 à 21:56 (CEST)

Et bien, c'est comme vous l'entendez, mais le-saviez-tu? était une réussite, sincèrement, mais là je dois avouer que vous faites part, dans votre rigueur anortographico-grammaticale, d'une extravagance malvenue. Ceci est mon opinion et ne regarde que ceux qui en prennent connaissance, surtout pas moi, car je suis convaincu qu'une opinion peut en cacher une autre. --Toinou (discussion) 31 août 2014 à 22:52 (CEST)

Point d'extravagance, juste une volonté de pousser le quidam à se demander "mais bon sang, un autre quoi?". C'est certes plus anecdotique que le très réussi - de fait - le saviez-tu, mais c'est selon mon opinion (et je suis bien convaincu qu'elle puisse en cacher un autre) suffisant. J'aime à penser que le monde irait sans doute mieux si la peur de je ne sais quel ridicule ne conduisait pas tant de nos contemporains à se refuser aux questions en apparence absurdes. --Le Violet (discussion) 31 août 2014 à 23:23 (CEST)

De mon côté, j'aime à penser que si les plus absurdes de nos contemporains, les plus déréglés par la fattitude ambiante ([1]), cessait de prendre des hauteurs à chaque fois qu'ils avaient compris un rien de choses, le monde irait sans doute mieux (ne vous sentez pas visé). --Toinou (discussion) 1 septembre 2014 à 00:31 (CEST)

Je me sens d'autant moins visé qu'en pratique la sensibilité à l'humour absurde s'avère souvent inversement proportionnelle à la perméabilité à la déraison ambiante. J'ai d'excellentes raisons de douter qu'un néophilosophe - bête de concours de fatuité - ait une quelconque affection pour les Monty Pythons. Il est assez évident qu'un rire (souvent teinté de tristesse du reste) face à l'absurde ne vaut pas assentiment audit absurde, et traduit de toute façon un constat de limite dans la compréhension (vous connaissez sans doute la définition de Camus) plutôt que le sentiment d'avoir compris un rien de choses.
Notez également que vous n'avez pas non plus de raison de vous sentir visé par mes remarques (ceci dit au cas, certes improbable, où ça vous aurait échappé - l'usage de l'Internet une école de prudence en matière d’ambiguïté dans les intentions; école où pullulent d'ailleurs les mauvais élèves).
Au fait, fattitude est un très beau mot-valise. C'est de vous? --Le Violet (discussion) 1 septembre 2014 à 01:23 (CEST)

Oui oui fattitude est de moi, et, tout comme vous, j'attends le nouvel Adolf Hitler, qui pourra nous débarrasser de cette sous-canaille qui pourrit le web. Le problème d'aujourd'hui, toute une époque, c'est cette prétention infinie qui découle de la démocratie ou chaque acte, opinion ou volonté trahie l'incompétence et le non-travail des individus, et tout un tas d'autres choses néfastes, qui une fois drapées dans la fantastique machine à laver que l'on appelle démocratie, lavant plus blanc que blanc, permet à tout le monde, de, sans effort, laver collectivement son individualisme totalitaire aiguë, la maladie du tout démocratie cachant l'indigence individuelle en un mot, ce qui a pour finalité de pourrir l'espace collectif, d'en faire une tyrannie confortable, ou la fattitude et la prétention stérile infinie ont remplacé les règles de bienséance de la cour, dans une proportion dramatique. --Toinou (discussion) 1 septembre 2014 à 12:45 (CEST)