Justice : Différence entre versions

D'ArdKorPedia
Aller à : navigation, rechercher
Ligne 4 : Ligne 4 :
  
 
== Ne pas se saloper ==
 
== Ne pas se saloper ==
1965, la justice n'existe toujours pas, malgré la présence de sommités telles que [[le Club des Cinq]], Carlos ou encore le [[Professeur Professeur]] dans le commité chargé de son élaboration. Pendant ce temps, le SDF est placé en prison, où il décède lors d'une émeute, sauvagement poignardé par son co détenu à coups de sachets de ketchup piqués à la cantine et taillés en pointe avec une savonnette. On remplace le cadavre par un autre sans abri mais la supercherie ne tient pas et l'on découvre le pot aux rose rapidement. La réputation de la justice est entachée avant même qu'elle existe, il faut trouver une [[solution]], et vite. Julien Lepers tient une idée qui va tout arranger et devenir la base du système judiciaire peruvo-français: on fout les gens en prison quand c'est qu'on croit qu'ils ont fait un truc pis après on attend et on regarde qu'est ce qui se passe. 1987, le vagabond est jugé coupable retrospectivement pour tous les viols de petits animaux qu'il a commis alors qu'il était en prison, ah l'enfoiré, il était doué et pas qu'un peu. La [[France]] dort mieux.
+
1965, la justice n'existe toujours pas, malgré la présence de sommités telles que [[le Club des Cinq]], Carlos ou encore le [[Professeur Professeur]] dans le commité chargé de son élaboration. Pendant ce temps, le SDF est placé en prison, où il décède lors d'une émeute, sauvagement poignardé par son co détenu à coups de sachets de ketchup piqués à la cantine et taillés en pointe avec une savonnette. On remplace le cadavre par un autre sans abri mais la supercherie ne tient pas et l'on découvre le pot aux roses rapidement. La réputation de la justice est entachée avant même qu'elle existe, il faut trouver une [[solution]], et vite. Julien Lepers tient une idée qui va tout arranger et devenir la base du système judiciaire peruvo-français: on fout les gens en prison quand c'est qu'on croit qu'ils ont fait un truc pis après on attend et on regarde qu'est ce qui se passe. 1987, le vagabond est jugé coupable retrospectivement pour tous les viols de petits animaux qu'il a commis alors qu'il était en prison, ah l'enfoiré, il était doué et pas qu'un peu. La [[France]] dort mieux.

Version du 24 novembre 2007 à 21:21

Trois petites gouttes de saké

1924, un prédateur sexuel d'un nouveau type fait son apparition. Il ne s'en prend qu'à des animaux de petite taille ayant eu recours à la chirurgie pour changer de sexe, qu'il viole avant, pendant et après leur mise à mort à coups de gaufrière. La police décide de mettre son meilleur agent sur le coup, mais celui ci se fait surprendre par le mystérieux tueur en série au cours d'une soirée costumée où il s'était déguisé en raton laveur. En désespoir de cause, l'inspecteur Van Loc est dépéché pour résoudre l'affaire au plus vite. Comme à son habitude, l'homme de terrain expérimenté fini par se fier à son instinct après la quinzième tournée de Ricard guacamole à la garden party organisée par Bernadette Chirac, et privilégie, comme à son habitude, la thèse du complot extra terrestre. A la recherche des pervers sexuels venus d'ailleurs, l'inspecteur se laisse guider d'indics en putes thaïs afin de trouver la vérité. Entre deux pipes de crack, il finit par comprendre que s'il bute dans son enquête, ce n'est pas parce qu'il ne porte pas de pantalon comme le lui a suggéré son collègue Derrick, mais bien parce que les ordres viennent d'en haut. Il monte à l'étage mais il ne trouve rien hormis Line Renaud et Franky Vincent au beau milieux d'ébats dont la teneur ne saurait être révélée ici pour des raisons de respect de la dignité humaine. Le sentiment du devoir accompli, le policier d'élite décide de se prendre une petite année sabbatique afin d'envisager l'affaire sous un angle global. 1936, les investigations reprennent, mais cette fois ci Van Loc n'est plus seul, car il fait équipe avec Derrick, son pendant germanique. L'enquête n'aboutit à rien et finalement le tandem, sous l'emprise d'une choucroute nid d'hirondelle frelatée, décide de coffrer un clochard et de lui faire porter le chapeau. Une fin heureuse pour la phase policière, mais qui ne signifiait en réalité que le début d'un cas plus complexe, la Justice étant encore en phase d'élaboration.


Ne pas se saloper

1965, la justice n'existe toujours pas, malgré la présence de sommités telles que le Club des Cinq, Carlos ou encore le Professeur Professeur dans le commité chargé de son élaboration. Pendant ce temps, le SDF est placé en prison, où il décède lors d'une émeute, sauvagement poignardé par son co détenu à coups de sachets de ketchup piqués à la cantine et taillés en pointe avec une savonnette. On remplace le cadavre par un autre sans abri mais la supercherie ne tient pas et l'on découvre le pot aux roses rapidement. La réputation de la justice est entachée avant même qu'elle existe, il faut trouver une solution, et vite. Julien Lepers tient une idée qui va tout arranger et devenir la base du système judiciaire peruvo-français: on fout les gens en prison quand c'est qu'on croit qu'ils ont fait un truc pis après on attend et on regarde qu'est ce qui se passe. 1987, le vagabond est jugé coupable retrospectivement pour tous les viols de petits animaux qu'il a commis alors qu'il était en prison, ah l'enfoiré, il était doué et pas qu'un peu. La France dort mieux.