Théophile Dupont Da Silva y Aragon

D'ArdKorPedia
Aller à : navigation, rechercher

Théophile Dupont Da Silva y Aragon (env.) est né quelque part (il était trop jeune à sa naissance pour mémoriser correctement le nom de son lieu de naissance).

Fils illégitime d'un ramoneur anonyme et de Sissi, Impératrice de contrées bibéristes et descendante de l'éminente famille de houblonneurs saxons, les Habsbourg Ambrée 8%, Théophile aime Dieu comme son nom l'indique, et la bite, ce que ni son nom ni son extraction aristocratique ne laissaient en revanche présager. On le représente généralement coiffé de la traditionnelle capsule de Habsbourg et muni d'un imposant spectre phallopodique qui lui sert de déambulateur. C'est le dieu des violeurs bourrés, selon des légendes saxoises, celui des ivrognes abuseurs d'enfants, selon la police.

Ce n'est qu'en 1957 - date relativement inutile tant que celle de sa naissance demeurera inconnue - que ses manuscrits originaux furent retrouvés par hasard, cachés en évidence sur sa table de nuit. Il s'agit d'une longue liste obscure de noms et d'objets, probable tentative d'imitation de la liste des trucs. En dernière page figure un hommage vibrant à la Ligue de Habsbourg, équipe familiale de conchyling avec laquelle Théophile remporta de nombreux titres. Il fit d'ailleurs don de ces titres à l'Ardkorpédia, avec lesquels on fabrique aujourd'hui de robustes sommaires, sauf dans cet article.


Œuvres

On lui doit, sous divers pseudonymes, les livres suivants:

  • Déconstruction du structuralisme: une approche ironico-nihiliste de l’œuvre de Wittgenstein.
  • Also spracht Zaratoustra (sous le pseudonyme de Nietzche).
  • Sehnsucht nach Dasein (intraduisible malheureusement car l'approche phénoménologique parut trop complexe aux spécialistes du Collège de France, de l’École Normale Supérieure et du Max Plant Institut, pourtant spécialement réunis en conclave pendant plus de deux mois).
  • Sissi mettait Conté, qui raconte les amours objectales que sa mère entretenait avec le Prince de Conté.