La Faurie

D'ArdKorPedia
Aller à : navigation, rechercher

Cet article a courageusement porté le flambeau de la Vérité sur wikipedia, pendant
deux ans, dans le cadre de l'Opération Wiki Fondu. Bassement censuré
par les WikiFanascistes, il coule désormais une retraite paisible sur ArdKorPedia.

La Faurie est une commune française, située dans le département des Hautes-Alpes et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie

La Faurie compte actuellement 231 habitants. Situé dans la vallée du Buëch, à 35 Km à l'ouest de Gap et 8 Km de Veynes, entouré de plusieurs montagnes dont La Longeagne, Faucon, Durbonas et La Rouille. Toutes sont connues pour diverses activités comme le l'aile delta et le parapente, les randonnées pédestres ou à vélo, variées et adaptées à tous les niveaux.

Cette vallée est riche en faune cerfs, chevreuils, chamois, sangliers, lièvres... et en flore ; en effet "l'or violet" en est la preuve: la lavande est la principale fleur représentant cette vallée.

Le village est divisé en 7 hameaux principaux.

Le village La Faurie, dont la route est bordée d'habitations et d'une petite boulangerie artisanale qui cuit le pain au feu de bois et vend de nombreux produits bio.

  • La Valette

Hameau situé à l'entrée de La Faurie en venant de Sisteron. Juste après ce hameau et avant d'arriver au village on y trouve les « marmites du diable », site idéal pour faire du canyoning.

  • Le Pré-la-Chèvre

Hameau longeant le Buëch (Rivière prenant source à Lus La Croix Haute). Le camping de La Garrigue se trouve au bord du Buëch juste à côté de ce hameau.

  • Seille (ne pas confondre avec Seille)

Hameau situé au-dessus de La Faurie sur la montagne de La Longeagne, très connue par les amoureux de deltaplane et autre... Dans ce hameau se trouve un un four à pain connu de tout le village. De très nombreux étrangers font l'erreur de confondre Seille et Seille.

  • Le Pré du Four

Hameaux aux maisons récentes situé de l'autre côté du pont traversant le Buëch. Le restaurant - Bar "Le Cytise" est situé juste aprés le pont "vert".

  • Saint-André

Aujourd'hui hameau, c'était autrefois le centre du village, ou se trouvent l'Eglise et les restes d'un château. L'école se déroulait aussi dans ce hameau.

  • Pusteaux

Hameaux où se trouve le cadran solaire le plus petit des Hautes-Alpes. Cependant le temps et le passage l'ont privé de son élément principal, le gnomon. Dans ce hameau se trouve aussi plusieurs gîtes ruraux et une distillerie de lavande traditionnelle.

  • Les Granges

Hameau où se trouve une ferme principalement connue pour ses fromages de chèvres. Il y a aussi un gîte.

  • Liochette

Hameau méconnu également appelé "Les Vignasses", à cause des vignes non comestibles auparavant situées sur ce terrain. Dans ce petit hameau se trouve deux gîtes ruraux "Liochette" et "Aiguebelle".

  • Notre-Dame

Notre-Dame compte une importante communauté orthodoxe, possédant de nombreux bâtiments traditionnels, au nombre desquels le Château Chouflorin, vieille bâtisse ou logeaient les saisonniers venus récolter le chou-fleur.

  • La Rochette

Dernier hameau du village il est situé à la sortie de la vallée. Ce hameau particulier comporte les restes d'un château construit sur la roche même.

À proximité du village on trouve les « marmites du diable », site idéal pour faire du canyoning. Les montagnes comme La Longeagne, La Rouille, Faucon ou Durbonas permettent de faire de nombreuses randonnées pédestres ou à vélo, variées et adaptées à tous les niveaux. La Longeagne possède également une aire d'envol pour deltas et parapentes. Les montagnes de Durbonas et la rouille abritent une faune nombreuse et variée : cerfs, chevreuils, chamois, sangliers, lièvres ....

Histoire

L'etymologie du nom de la commune viendrait de l'ancien français "faure" qui désignait un forgeron. Le village serait donc "le village des forgerons". Un lieu de la commune porte toujours le nom de "Bois des Faures". Le nom du hameau de Seille viendrait, quant à lui du patois "seil", désignant l'ergot de seigle.

Le chef lieu de village situé sur la N75 se développa surtout avec l'arrivée du chemin de fer vers la fin du 19eme siècle. Avant cela, le chef lieu de village était Saint André, et la commune se nommait alors Saint André en Beauchêne. Pour témoins de cette époque, l'église et la vieille école qui accueillit des élèves jusqu'en 1907, date où les nouveaux bâtiments scolaires du chef lieu actuel furent terminés.

Comté à l'origine, puis marquisat en 867 et enfin duché en 1539, Seille a vécu, au cours des siècles, les phases suivantes :

  • le règne des Piscamici, descendants de Piscame, le premier marquis de Seille,
  • le règne des Watverfoot à partir de 1305 par carence de descendant mâle de la famille précédente,
  • l'occupation italienne de 1533 à 1537 en raison de la même carence,
  • le règne des Hardecorps, à compter de 1539,
  • les soubresauts de la guerre de succession de Hardecorps en 1631, en raison d'un problème de descendance interrompue, le duché perdant une pertie de son territoire au profit de la décharge municipale,
  • le règne des Gonzague-de-Bribegnon jusqu'en 1702, date à laquelle une nouvelle rupture de succession mâle attirera la convoitise de la France qui annexera entièrement et définitivement Seille.
  • en septembre 1968, Seille sera brièvement déclarée "Commune libre", avant que l'armée ne rétablisse l'ordre.

Légendes et coutumes locales

Selon la tradition, tous les premiers samedi de Septembre a lieu la fête du "Grabataoù" : un monstre à corps de chou-fleur et tête de mérou, qui enlève les petits enfants s'ils n'ont pas été sages. Un enfant (généralement choisi parmi les plus turbulents) est alors dissimulé dans un puits, dont il ne sortira qu'à la prochaine fête. Le soir, sur la place du village, les anciens mettent alors feu à une grande effigie en papier mâché représentant la bête imaginaire. En 1940, Gérondas Nicolphe note que les allemands tenteront d'interdire cette coutume, mais devront reculer face à l'attachement viscéral des Seillois à leurs traditions (document manuscrit disponible en mairie de Seille, exposé dans la salle des Abattus).

Administration

Liste des maires de La Faurie
Période Identité Parti Qualité
1812 1815 Charles-Antoine Carton
1815 1865 Jean-Louis Tacire
1865 1871 Gaspard Tacire
1871 1876 Charles Torris
1876 1886 Joseph Millefleur
1886 1895 Charles Charalon
1895 1904 Alexandre Cippe-Marre
1904 1944 Antoine Hummel
1944 1959 Virginius Gerin
1959 1989 Jean Cultamer
1989 1995 Roger Pinet
1995 2001 Louis Bégou
mars 2001 mars 2008 Jean-François Dumanois PS
mars 2008 Jean-Louis Cornand

Lieux et monuments

  • Église Saint-Michel Modèle:XIIe siècle
  • Église Saint-André Modèle:XVIIe siècle
  • Ruines du château féodal et tour pigeonnier de saint andré .
  • Chapelle Notre-Dame-du-Seigle Modèle:XVe siècle
  • Chapelle du Château de la Bonté, site idéal pour faire du canyoning.
  • Ruines du temple protestant à Gèrond
  • Monastère orthodoxe de Notre Dame
  • Communauté orthodoxe, possédant de nombreux bâtiments traditionnels.
  • Deux boulangerie bio réputées dans le secteur ainsi qu'un camping-pizzéria, un Restaurant - Bar, des gîtes ruraux.
  • Distillerie de lavande (traditionnelle).
  • Cadran solaire ancien à Pusteaux
  • Les montagnes comme La Longeagne, La Rouille, Faucon ou Durbonas permettent de faire de nombreuses randonnées, pédestres ou à vélo, variées et pour tous niveaux.

Voir aussi


Liens externes

Modèle:Portail